Le télétravail solutionne vos problèmes d’organisation RH

Le télétravail solutionne vos problèmes d'organisation RH

 

Face aux problèmes d’aménagements du territoire et à la dégradation de l’environnement du travail, le télétravail apparaît comme étant la solution d’avenir pour les employeurs publics.

 

1. L’avènement du télétravail dans le secteur public

Ce nouveau-né issu du décret du 11 avril 2016 est applicable depuis le 13 février 2016.

Le télétravail est en pleine expansion dans le secteur public et devrait facilement devenir une norme au cours des prochaines années.

L’Etat et les collectivités vont désormais jouer un rôle majeur dans l’exécution du projet.

Rappelons que cette nouvelle méthode d’organisation des ressources humaines a également pour but d’améliorer le bien-être au travail et de réduire les émissions polluantes.

Elle repose sur trois règles, elle ne peut pas être imposée à l’agent (base du volontariat), elle doit être la même pour tous (égalité de traitement des agents) et l’autorisation accordée à l’agent d’exercer ses activités en télétravail est valable pour un an.

 

2. L’exemple de la Région Île de France

Le conseil régional d’Ile-de-France a récemment décidé d’expérimenter le télétravail, au regard des difficultés liées à la densité du trafic dans la région.

Les observations montrent qu’il est nécessaire de modifier les règles d’organisation, notamment pour assurer le suivi des agents et pour faciliter la communication au sein de l’entité.

La tentative de la région Île de France s’est clairement révélée positive avec un taux de satisfaction élevé de la part des agents.

Le constat est toutefois nuancé. Il existe aujourd’hui de nombreux avantages liés au recours du télétravail, mais également des risques conséquents. En effet, comment s’assurer de l’efficacité de l’agent à la maison ? Quels sont les profils des agents à privilégier ? Dans quelles conditions accorder le télétravail à un agent ?

Toutes ces questions nécessitent que cette nouvelle organisation du travail au sein des services soit coordonnée avec les forces syndicales.

 

3. Mettre en valeur des territoires peu attractifs 

L’idée du télétravail est simple. Il s’agit d’encourager l’activité dans des zones jusque-là marginalisées comme la campagne ou les quartiers résidentiels.

Le télétravail doit permettre un désenclavement économique qui contribuera à une plus grande homogénéité entre les territoires.

Il est essentiel de se doter des bons outils. La mise en place d’un réseau haut débit ou la mise à disposition d’espaces publics pour les télétravailleurs doivent stimuler ce processus.

 

4. Un impact difficilement mesurable

Le télétravail en est encore à ses balbutiements.

Méconnu de beaucoup de professionnels, le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) doit encore mener une campagne nationale de communication pour vulgariser ce qui pourrait être la norme de travail de demain.

Le temps de travail perdu par les travailleurs français dans les transports est démesuré. Il avoisine aujourd’hui quatre millions de postes à temps plein.

Nous sommes désormais en mesure de chiffrer le coût écologique de ce transport qui est conséquent en particulier dans les zones urbaines.

En revanche, le nombre de personnes pratiquant le télétravail est difficilement quantifiable tout comme ses effets concrets sur le territoire. Les évaluer constitue un défi supplémentaire pour le CGET, qui cherche toujours de nouveaux partenariats avec les régions.