L’usage de l’apprentissage renforcé dans la Fonction Publique ?

L'usage de l'apprentissage renforcé dans la Fonction Publique ?

En 2016, l’usage de l’apprentissage est en forte hausse dans la fonction publique. L’administration publique veut ainsi montrer l’exemple dans une société encore réticente à adopter ce type de dispositif de recrutement.

 

Une augmentation conséquente du nombre d’apprentis dans la fonction publique 

Ce sont 13 148 nouveaux contrats d’apprentissage qui ont été recensés dans la fonction publique par la DGAFP en 2016. Cela représente 2 460 contrats de plus qu’en 2015, soit une hausse de 23 % largement imputable à la fonction publique d’Etat (FPE), qui a embauché 2 110 nouveaux apprentis de plus que l’année précédente.

C’est néanmoins la fonction publique territoriale (FPT) qui recrute le plus dans la fonction publique avec 53% des nouveaux apprentis en 2016 contre 43 % pour la fonction publique d’Etat (la fonction publique hospitalière demeure marginale en la matière).

Ce sont les communes qui embauchent le plus d’apprentis au sein de la FPT : 60 % exactement contre 20 % pour les établissements communaux ou intercommunaux, 11 % pour les départements et 6% pour les régions.

 

Un diplôme qui varie selon la FPE ou la FPT

On constate une forte disparité des diplômes entre les différentes fonctions publiques. En 2016, si 30 % des nouveaux apprentis de l’administration publique ont obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur, ils sont 39 % dans la FPE, contre 23 % dans la FPT.

Il en va de même pour les apprentis qui préparent un diplôme de l’enseignement supérieur : 73 % dans la FPE contre 36 % dans la FPT.

Enfin, 45 % des apprentis de la FPT préparent un diplôme de niveau inférieur au baccalauréat en 2016, ce taux chute à 7% dans le FPE.

 

Une politique de promotion de l’apprentissage très ambitieuse

Fixé en 2014 pendant le mandat de François Hollande, l’objectif de 10 000 nouveaux apprentis dans la FPE pour 2016 n’a pas été atteint. Ils étaient seulement 5 703 en 2016, ce qui demeure une progression impressionnante en sachant qu’ils étaient uniquement 725 en 2013.

Une politique toujours en vigueur aujourd’hui comme le montre le décret n° 2017-199 du 16 février 2017 qui fixe les dispositions réglementaires relatives à l’apprentissage dans le secteur public non industriel et commercial.

Avec sept apprentis sur dix qui trouvent un emploi directement après la fin de leur contrat, l’apprentissage se révèle très efficace pour lutter contre le chômage chez les jeunes.

Il s’agit de montrer l’exemple au secteur privé, alors que François Hollande avait souhaité atteindre 500 000 apprentis en France pour 2017, or, avec 403 000 contrats d’apprentissage en 2016, l’objectif n’est pas tenu.

Il faut néanmoins préciser qu’un contrat sur cinq est rompu avant son terme, et que les entreprises sont parfois réticentes à embaucher des apprentis, dont le ratio coût/productivité leur paraît défavorable.

Un complexe dont ne souffrent pas nos voisins allemands, qui comptent quatre fois plus d’apprentis.

 

Afin d’obtenir plus d’informations en matière de formation et d’apprentissage dans la fonction publique, participez à la conférence d’actualité Les Journées RH Publiques les 18 et 19 octobre prochains.